QUI SOMMES NOUS ? AIDE 02 48 26 87 99
DICTIONNAIRE

Hiéroglyphes


Photo element architecture temple Memphis Egypte Ramses II
1. Photo element architecture temple Memphis Egypte Ramses II
Un hiéroglyphe est un caractère de la plus ancienne écriture égyptienne.

L'écriture hiéroglyphique égyptienne est figurative : les caractères qui la composent représentent en effet des objets divers, — naturels ou produits par l'homme —, tels que des plantes, des figures de dieux, d'humains et d'animaux... Les égyptologues y distinguent traditionnellement trois catégories de signes : les signes-mots (ou idéogrammes), qui désignent un objet ou, par métonymie, une action ; les signes phonétiques (ou phonogrammes), qui correspondent à une consonne isolée ou à une série de consonnes ; les déterminatifs, signes « muets » qui indiquent le champ lexical auquel appartient le mot.

Apparue à la fin du IVe millénaire avant notre ère en Haute-Égypte? (sud du pays), l'écriture hiéroglyphique est utilisée jusqu'à l'époque romaine, soit pendant plus de trois mille ans. La connaissance des hiéroglyphes se perd avec la fermeture des lieux de culte païens par l'empereur Théodose Ier vers 380, et il faudra, après la découverte de la pierre de Rosette, le génie de Jean-François Champollion pour briser, après quatorze siècles, ce qui paraissait être « un sceau mis sur les lèvres du désert ».


Traduction des prénoms en hiéroglyphes

Les prénoms évoluent en fil du temps et n'ont pas toujours un équivalent ayant traversé les siècles. De ce fait, les traductions de prénoms en hiéroglyphes (ou dans d'autres langues relativement éloignée de notre contexte occidental d'un point de vue géographique ou temporel) sont réalisées de manière phonétique. Chaque syllabe est ainsi transformée en un équivalent, un son qui se rapproche. Faites attention à une prononciation anglophone, par exemple, qui donnerait lieu à une traduction phonétique différents d'une prononciation francophone.
[1] Élément architectural conservé à Memphis, Égypte. Parmi les hiéroglyphes en bas-relief, se trouve le cartouche royal de Ramsès II (novembre 2005)
[2] Haut-relief hiéroglyphique décorant un mur du temple de Kom Ombo, Égypte (novembre 2005)
[3] Détail du sarcophage en schiste noir d'Ankhnesneferibre (XXVIe dynastie, vers 530 avant J.-C., origine thébaine, actuellement au British Museum de Londres, juillet 2009)
[4] Détail du papyrus du Dernier Jugement (chapitre 125 du "Livre du Sortir au jour", ou "Livre des morts") du scribe Hunefer, XIXe dynastie (vers 1 280 avant J.-C. ; actuellement présenté au British Museum de Londres, juillet 2009)
[5] Statue-cube d'Ahmose (basalt noir, période tardive, Karnak), actuellement conservée au Musée d'Alexandrie, Égypte (février 2010)

Photographies : Philippe Contal, Histophile
Photo element architecture temple Memphis Egypte Ramses II
1. Photo element architecture temple Memphis Egypte Ramses II
Photo hieroglyphes haut relief mur temple Kom Ombo Egypte
2. Photo hieroglyphes haut relief mur temple Kom Ombo Egypte
Photo sarcophage schiste noir Ankhnesneferibre Thebes  British Museum Londres
3. Photo sarcophage schiste noir Ankhnesneferibre Thebes British Museum Londres
Photo papyrus Dernier Jugement scribe Hunefer chapitre 12Livre des Morts
4. Photo papyrus Dernier Jugement scribe Hunefer chapitre 12Livre des Morts
Photo Statue cube Ahmose basalt noir Karnak Musee Alexandrie
5. Photo Statue cube Ahmose basalt noir Karnak Musee Alexandrie
Afin de mémoriser votre panier et de mesurer son audience, Histophile.com utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus.